Egalité des chances d’emploi

Tout organisme ou entreprise sous réglementation du gouvernement fédéral, a l’obligation légale de respecter les règles établies et offrir l’égalité des chances en matière d’emploi à quatre groupes désignés : les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées et les membres de minorités visibles.

Le rôle de la Commission

La Commission canadienne des droits de la personne effectue de vérifications pour assurer que les employeurs respectent leur obligation légale d’offrir l’égalité des chances en matière d’emploi à quatre groupes désignés : les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées et les membres de minorités visibles.

Si la représentation des groupes désignés dans certaines organisations est inférieure à leur disponibilité sur le marché du travail dans un secteur donné, les employeurs doivent alors adopter des pratiques qui leur permettront de réaliser l’égalité en milieu de travail et ainsi combler les écarts de représentation.

En bout de ligne, l’équité en emploi, c’est avant tout une question de dignité, c’est l’opportunité pour tous de pouvoir travailler et contribuer à la société. Pour les employeurs, c’est savoir compter sur une main d’œuvre diversifiée et compétente tout en favorisant l’inclusion en milieu de travail.

Une nouvelle approche – Les vérifications horizontales

Depuis plusieurs années, la Commission veille à ce que les employeurs aient une représentation équitable des quatre groupes désignés dans leur effectif.

La Commission prépare une nouvelle méthode de vérification. En décembre 2017, on appliquera un nouveau concept de vérification : le processus d’audit horizontal. Ainsi, au cours d’un audit horizontal, la Commission vérifie plusieurs organisations simultanément sur un point précis. Ainsi,on ciblera, par exemple, plusieurs compagnies d’un secteur donné et on examinera l’emploi de personnes autochtones dans les établissements bancaires ou encore l’emploi de personnes handicapées dans le milieu du transport. Cette approche vise à faciliter le partage de meilleures pratiques pour les employeurs.